NOTE! This site uses cookies and similar technologies.

If you not change browser settings, you agree to it.

I understand

SDGs for All

SDGs for All is a joint media project of the global news organization International Press Syndicate (INPS) and the lay Buddhist network Soka Gakkai International (SGI). It aims to promote the Sustainable Development Goals (SDGs), which are at the heart of the 2030 Agenda for Sustainable Development, a comprehensive, far-reaching and people-centred set of universal and transformative goals and targets. It offers in-depth news and analyses of local, national, regional and global action for people, planet and prosperity. This project website is also a reference point for discussions, decisions and substantive actions related to 17 goals and 169 targets to move the world onto a sustainable and resilient path.

Pourquoi les soins oculaires sont importants, au Bangladesh et dans d'autres pays

Par Naimul Haq

DHAKA (IDN) - John Bob Ranck, également connu sous le nom de Bob, directeur général et président d'Orbis International, s'est récemment rendu au Bangladesh dans le cadre d'une mission spéciale. Il a visité certains hôpitaux où Orbis, en tant que partenaire, a soutenu les efforts du Bangladesh pour lutter contre la cécité évitable.

Bob, un général de l'armée de l'air des États-Unis à la retraite, est venu au Bangladesh quelques semaines après la visite mémorable de l'hôpital universitaire, plus connu sous le nom de programme de formation du Flying Eye Hospital (FEH) au Bangladesh.

Bob, qui a rejoint Orbis International le 29 février 2016, s'est entretenu avec Naimul Haq, correspondant IDN-INPS au Bangladesh, sur les besoins et le soutien en matière de santé oculaire dans ce pays d'Asie du Sud et a partagé son expérience des problèmes de cécité évitable, en particulier la cécité infantile.

Bob a expliqué : « Pour chaque dollar que vous investissez dans le rétablissement de la vue, vous obtenez 4 dollars en retour ». Des études récentes dédiées aux retraités d'un secteur particulier qui ont cessé de travailler parce qu'ils n'étaient plus capables de se concentrer correctement, ont montré que lorsqu'ils étaient équipés de lunettes, ils étaient capables de continuer à travailler pendant au moins dix à quinze ans. »

Il a ajouté : « Combien d'entreprises aimeraient que leurs travailleurs les plus qualifiés conservent leur emploi pendant une décennie supplémentaire ? Mais nous n'y pensons pas parce que cela ne fait pas la une des journaux. Augmenter la productivité des adultes de cette façon pourrait offrir de grandes opportunités commerciales et ainsi aider les gens à sortir de la pauvreté. En outre, les adultes maintenus dans la population active sont dans l'intérêt du gouvernement. Il s'agit d'une étude de cas et je ne pense pas que nous ayons présenté cette analyse de rentabilisation aux gens. »

« L'une des meilleures choses que je puisse faire est de soutenir Orbis Bangladesh dans la recherche de nouveaux partenaires et de leur faire savoir qu'Orbis International est derrière eux et qu’il soutient ce qu'ils entreprennent », a déclaré Bob. Pour une population de 160 millions d'habitants au Bangladesh, il n'y a que 34 ophtalmologistes pédiatriques. Aux États-Unis, il y a un ophtalmologiste pédiatrique pour 400 000 personnes. « Cela fait deux et demi par million. Et c'est sur cela que se portent nos efforts les plus récents. »

« Nous allons essayer de former plus d'ophtalmologistes pédiatriques et d'anesthésiologistes qui peuvent également nous aider parce qu'il y a un besoin immense et que les enfants méritent tous une chance. Malheureusement, nombre d’entre eux n'auront aucune chance s'ils n'ont pas de soins oculaires. Et franchement, les parents d'un enfant malvoyant comprennent les difficultés de leur enfant lorsqu'ils le voient lutter à l'école pour lire ce qu'il y a écrit au tableau, ou quand il ne peut pas jouer ou qu’il est maladroit. En soutenant Orbis Bangladesh, nous pouvons améliorer les choses dans une région où les besoins sont énormes. »

« Ce que je peux faire de l’extérieur, en tant que chef de l'organisation, c'est examiner les programmes d'Orbis dans le monde entier. » Actuellement, l'organisation met en œuvre 56 programmes dans 18 pays, « et nous pourrions peut-être tirer des leçons d'autres pays où des programmes similaires mais très efficaces sont en cours et nous pourrions collaborer pour organiser les choses qui ont de la valeur ici au Bangladesh différemment. »

« Je pourrais faciliter la collaboration, ce qui pourrait mener à l'amélioration des compétences des parties prenantes ici au Bangladesh en apprenant d'autres pays », a déclaré Bob. « Par exemple, le développement d'une nouvelle application pour un hôpital de soins oculaires en Chine et la mise en place d’un programme similaire au Bangladesh pourrait grandement aider les médecins et autres personnels soignants. Je peux donc aider de cette façon en apprenant de la communauté mondiale où Orbis agit. »

Bob, également pilote ayant plus de 30 ans d'expérience en tant que stratège et chef d'équipe, a parlé de la façon de faire le bien. Il a dit qu’il était gratifiant pour les gens de faire des dons, mais quels sont les résultats de ces dons ? « Si vous donnez à une organisation qui crée une communauté de professionnels des soins oculaires pour que de plus en plus de gens bénéficient de ces soins, en réalité, vous changez la société, les familles et les communautés, c'est un changement durable. »

Il a fait référence à Philanthropy Age qui a pour devise « faire en sorte que chaque dollar compte » et il a expliqué : « La communauté de Philanthropy Age est née avec la philosophie de la Zakat (suivie dans la religion musulmane). L'organisation croit qu'il ne s'agit pas seulement de donner, mais aussi d'assurer une utilisation efficace des fonds. Philanthropy Age a un partenariat avec Orbis qui finance désormais un programme de formation de trois ans et nous construisons un centre de simulation pour que les médecins puissent obtenir une formation pratique sans avoir à toucher un patient, un peu comme un simulateur où les étudiants ont la possibilité de se perfectionner en essayant et en faisant des erreurs sans nuire à qui que ce soit. »

Il a ajouté : « Nous voulons aider le Bangladesh à accéder à cette technologie par laquelle les médecins doivent pouvoir pratiquer des simulations chirurgicales afin qu'ils ne soient pas obligés d’apprendre de leurs erreurs survenues sur l'œil d'un enfant. La première fois que vous opérez un enfant, vous voulez être parfait. Et donc ils font des choses merveilleuses pour que tout le monde puisse voir. »

« Le FEH est à la pointe de la technologie, il est équipé des dernières machines, de la nouvelle technologie de ventilation en milieu hospitalier pour prévenir les infections, des dernières pratiques en matière de déplacement à travers les portes qui préviennent les infections et de nombreuses autres technologies de pointe. Nous pouvons orienter les médecins locaux sur ce qu'est la prochaine technologie de pointe qui leur sera utile », a déclaré Bob.

« Parfois, il n'est pas utile de passer à une technologie de pointe parce que le saut est trop grand. Nous pouvons aider les médecins à passer de leur technique actuelle à la nouvelle technique qui leur serait utile. Nous pouvons également conseiller les médecins sur les nouvelles technologies qu'ils devraient maitriser. Il est donc plus important de les aider de cette manière que de dire qu'il s'agit d'une technologie de pointe. »

« La raison pour laquelle je dis cela, c'est que la technologie de pointe est parfois accompagnée d'une facture pour les consommables et d'un entretien qui n'est pas abordable. Et donc on souhaite être en mesure de faire ce qui est efficace et d’utiliser des consommables qui sont durables. Ce que nous faisons, c'est faire appel à des techniciens biomédicaux et à des gens qui ont de l'expérience dans la réparation de machines. »

Bob a ajouté : « Nous ne voulons pas avoir à retourner dans un pays où une pièce d'équipement est cassée et où personne ne peut la réparer. Nous voulons nous assurer qu'ils peuvent entretenir l'équipement et le faire fonctionner de façon optimale. Je suis donc en faveur d'un développement durable ; apporter des capacités qui sont durables, qui aideraient les gens à long terme. D'un point de vue pédiatrique, nous avons vécu cela en Zambie où d'un seul ophtalmologiste pédiatrique, nous sommes passés à de multiples formateurs qui continuent de former d'autres personnes ». [IDN-InDepthNews - 16 mars 2018]

Newsletter

Striving for People Planet and Peace 2017

MAPTING

Fostering Global Citizenship

 


Please publish modules in offcanvas position.