NOTE! This site uses cookies and similar technologies.

If you not change browser settings, you agree to it.

I understand

SDGs for All

SDGs for All is a joint media project of the global news organization International Press Syndicate (INPS) and the lay Buddhist network Soka Gakkai International (SGI). It aims to promote the Sustainable Development Goals (SDGs), which are at the heart of the 2030 Agenda for Sustainable Development, a comprehensive, far-reaching and people-centred set of universal and transformative goals and targets. It offers in-depth news and analyses of local, national, regional and global action for people, planet and prosperity. This project website is also a reference point for discussions, decisions and substantive actions related to 17 goals and 169 targets to move the world onto a sustainable and resilient path.

Les agricultrices en Afrique luttent contre l'impact du changement climatique

Par Ronald Joshua

NEW YORK | BAMAKO (IDN) - Fatou Dembele est agricultrice dans l’enclave du Mali, où la moitié de la population travaillant dans l'agriculture sont des femmes. L'agriculture est un secteur clef pour sortir les femmes de la pauvreté. Mais la dégradation croissante des terres et des ressources naturelles causée par le changement climatique rend les femmes plus vulnérables.

Par conséquent, lorsque les plantes de Dembele ont commencé à mourir, elle pensait que la parcelle de terre était ruinée et que son gagne-pain était en danger. « Nous pensions que la terre était malade. Nous ne savions pas qu'il y avait des parasites vivants qui attaquaient les racines des plantes et pouvaient les tuer », explique Dembele.

L'augmentation du nombre de parasites, en raison de la hausse des températures et de l'humidité, n'est qu'un des nombreux effets secondaires du changement climatique auxquels Dembele et d'autres agricultrices sont confrontées.

Pour lutter contre l'impact négatif du changement climatique sur les moyens de subsistance des femmes, un nouveau programme de l’ONU Femmes connu sous le nom de Agriculture, Femmes et Développement Durable (AgriFed), mis en œuvre par l'organisation non gouvernementale locale Groupe d'Animation Action au Sahel (GAAS) Mali, aide les producteurs locaux à s'adapter à ces nouveaux défis.

Le programme travaille avec les agricultrices pour moderniser leurs techniques, leur permettre d'accéder à l'information sur les derniers progrès de l'agriculture et augmenter la valeur de leurs produits en améliorant leurs méthodes de conservation.

« Les effets du changement climatique n'épargnent pas le Mali et frappent durement ce pays, un défi supplémentaire dans un contexte de sécurité extrêmement fragile dans la région du Sahel », a déclaré Maxime Houinato, représentante de l'ONU Femmes au Mali, lors d'un événement parallèle co-organisé par ONU Femmes le 14 mars lors de la 62e session de la Commission de la condition de la femme de l'ONU (CSW62).

« Et pourtant, le Mali, bien qu'il contribue peu aux émissions mondiales de gaz à effet de serre, n'en est pas moins engagé dans la course à l'adaptation aux effets du changement climatique », a-t-elle ajouté.

Pour rétablir la production de Dembele, le programme lui a appris à utiliser des biopesticides disponibles localement pour éliminer les parasites. « Dieu merci, nous avons appris qu'il existe des plantes locales dont les extraits peuvent combattre cette maladie », raconte Dembele.

AgriFed a commencé ses activités en 2017 dans la région de Ségou, à plus de 200 kilomètres au nord-est de Bamako, la capitale du Mali. La formation sur les techniques d'agriculture durable a touché 247 femmes et 66 hommes. La formation a aidé les agriculteurs à améliorer l'utilisation de l'eau, l'ordonnancement des cultures, l'utilisation de pesticides et d'engrais et les techniques de culture.

Dans les villes de Boidié et Sécoro, et dans le Cercle de Tominan, les femmes ont amélioré et augmenté la production d'échalotes grâce à leur formation. Mais pendant la récolte, il est devenu évident que les femmes avaient besoin d'apprendre à mieux conserver leurs produits.

« Nous cultivons des échalotes et des oignons en raison de leur longue durée de conservation, mais nous ne connaissions pas les techniques de conservation [auparavant] », explique Hayèrè Keita, productrice et vendeuse d'échalotes à Sécoro. « Selon nos méthodes traditionnelles, le taux de perte peut être très élevé. »

ONU Femmes a soutenu des sessions de formation continue qui ont montré aux cultivatrices comment conserver des produits comme les échalotes, les oignons et les pommes de terre. Environ 110 productrices ont réussi à augmenter leurs revenus grâce à ces techniques modernes de production et de conservation.

« Je cultive des légumes et des fruits depuis 20 ans, mais je ne connaissais que la façon traditionnelle de le faire », explique Alphonsine Dembele, une autre agricultrice.

« AgriFeD nous a appris à diversifier les produits que nous cultivons, avec l'introduction des pommes de terre, des tomates et des poivrons. Non seulement ils apportent un revenu supplémentaire, mais ils aident aussi à améliorer la nutrition à la maison et à réduire la malnutrition chez nos enfants. explique Dembele.

Elle ajoute : « Cela a eu une influence positive sur la cohésion sociale, car les femmes [de différentes communautés ethniques] se rencontrent et dialoguent lors des sessions de formation sur le terrain. »

Le programme, financé par le gouvernement luxembourgeois, s'étendra sur cinq ans et devrait être reproduit dans d'autres régions du pays.

Le programme a été lancé le 12 décembre 2017 en vue de renforcer la résilience d'un million de femmes et de jeunes du Sahel aux impacts climatiques grâce à une agriculture intelligente lors du Sommet One Planet. Le lancement a coïncidé avec un rassemblement des leaders mondiaux dans la capitale française pour marquer l'anniversaire de l'Accord de Paris sur le changement climatique.

Le Sommet One Planet, co-organisé par le Président français, Emmanuel Macron, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et le Président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, visait à soutenir le processus formel de l'ONU sur l'action climatique alors que les différentes nations cherchent à relever l'ambition climatique à l'horizon 2020.

L'initiative est un programme de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel (UNISS) et du Secrétariat du G5. Le G5 Sahel, le cadre institutionnel de coordination du développement entre les cinq pays de la région - Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie et Niger - a identifié la lutte contre le changement climatique et la dégradation de l'environnement, ainsi que leurs effets sur les populations rurales, comme une priorité.

Au niveau national, les gouvernements travaillent sur des stratégies d'adaptation ; la nouvelle initiative est conçue pour soutenir ces efforts. ONU Femmes a présenté le programme, qui fait partie des 12 programmes présentés au Sommet, au nom du système des Nations Unies. [IDN-InDepthNews - 27 mars 2018]

Newsletter

Donate

We are a close partner of the Global Cooperation Council and request your support for continuing to raise international understanding with a view to eradicating poverty and inequality, halting environmental degradation, and fostering prosperity, and peace and justice.



Striving

Striving for People Planet and Peace 2018

Mapting

MAPTING

Fostering Global Citizenship

Partners

 


Please publish modules in offcanvas position.