NOTE! This site uses cookies and similar technologies.

If you not change browser settings, you agree to it.

I understand

Reporting the underreported about the plan of action for People, Planet and Prosperity, and efforts to make the promise of the SDGs a reality.
A project of the Non-profit International Press Syndicate Group with IDN as the Flagship Agency in partnership with Soka Gakkai International in consultative status with ECOSOC.


SGI Soka Gakkai International

 

L'ONU salue la contribution de VODAN dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 en Afrique

Par Reinhard Jacobsen

BRUXELLES (IDN) - Les Nations Unies ont félicité VODAN-AFRICA pour son approche innovante du « partage et de la réutilisation des données dans les circonstances actuelles du COVID-19 ». Le réseau de données sur la propagation du virus est un système de partage de données sur le coronavirus qui garantit que les informations restent dans le pays qui les a générées, plutôt que d'être exportées et indisponibles pour les médecins et les scientifiques locaux.

Le réseau comprend des informaticiens et des experts en gestion de données médicales, des professionnels de la santé et des spécialistes en sciences sociales de tous les pays participants. Actuellement, il s'agit de l'Ouganda, du Kenya, de l'Éthiopie, du Nigéria, de la Tunisie, du Libéria et du Zimbabwe.

Dans un rapport intitulé « L'ingénierie au service du développement durable : réaliser des objectifs de développement durable », publié le 3 mars, l'agence spécialisée des Nations Unies, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), a mentionné VODAN-AFRICA comme une innovation technique pour les données pandémiques du COVID-19 :

« Par exemple, les principes sous-jacents à la recherche à l'Université internationale de Kampala en Ouganda sont centrés sur la « collaboration dans le contexte », renforçant son leadership dans le réseau multi-pays de données sur les épidémies virales pour gérer les données de la pandémie africaine de COVID-19 dans les préceptes de la souveraineté des données. »

La professeure Mirjam van Reisen, coordinatrice mondiale de VODAN et chercheuse principale du programme du Centre médical universitaire de Leiden (LUMC), est heureuse de cette reconnaissance par l'UNESCO.

« VODAN-Africa a été créé il y a un an lorsque la crise du COVID-19 a été déclarée pandémie mondiale. Le contexte était celui de l'expérience des données Ebola dans la crise au Libéria. Aujourd'hui, le Ministère de la Santé du Libéria ne dispose pas d'un ensemble complet de ces données.  »

Van Reisen a indiqué que l'expérience en Afrique montre que les données de santé quittent le continent et ne reviennent pas. S'il n'y a aucun avantage, le continent sera peu enclin à continuer à partager des données. « VODAN-AFRICA a résolu ce problème. »

Les données sont déposées dans le pays d'origine. Les données peuvent uniquement être consultées selon l'accès octroyé. La confidentialité et la sécurité des données sont totalement respectées selon la norme la plus élevée du RGPD.

Des requêtes peuvent être effectuées à partir des données, et ces données peuvent donc favoriser la compréhension du COVID-19 sur le continent africain.

VODAN-AFRICA fournit un tableau de bord de données réelles au sein de la clinique qui stocke également les données. Il est possible de réaliser un tableau de bord en temps réel car les données sont lisibles par machine. Cette technologie est la nouvelle technologie intelligente qui contribuera à révolutionner les soins de santé. En outre, des requêtes de données agrégées peuvent être réalisées si les cliniques les valident, au moment où elles les valident, et selon les directives de leurs ministères de la santé respectifs.

À peine deux semaines plus tôt, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a proposé que les futures données de santé correspondent à l'approche SMART, en mettant l'accent sur les bénéfices que ces données apporteraient pour améliorer la qualité de la santé.

SMART signifie basé sur des normes, lisible par machine, adaptatif, basé sur les exigences et testable. L'approche des directives SMART comprend de la documentation, des procédures et des outils de santé numériques, présentés dans une nouvelle publication de The Lancet Digital Health.

L'OMS envisage un avenir où l’ensemble du monde bénéficiera pleinement et immédiatement des recommandations cliniques, de santé publique et d'utilisation des données. Les directives SMART sont une nouvelle approche pour systématiser et accélérer l'application cohérente des interventions recommandées et vitales à l'ère numérique.

Son importance réside dans le fait que les directives de l'OMS articulent et approuvent des recommandations rigoureusement testées pour les interventions sanitaires à adopter au sein des programmes des pays. « Lorsqu'elles sont appliquées correctement et systématiquement, les recommandations des lignes directrices sauvent des vies », a déclaré l'OMS.

« À l'heure actuelle, le processus rigoureux d'élaboration des directives de l'OMS n'est qu'un élément de l'amélioration des résultats en matière de santé pour les populations du monde entier », a déclaré Dr Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l'OMS.

« Les recommandations deviennent significatives lorsqu'elles ne sont plus théoriques, qu'elles s'appliquent réellement aux systèmes locaux au niveau des pays et qu'elles sont alignées sur une base de données en constante évolution. Les directives SMART sont une approche pionnière de la transformation des systèmes de santé numériques. »

Le projet VODAN-AFRICA est dirigé par l'Université internationale de Kampala (KIU) en Ouganda, et la professeure Francisca Oladipo est coordinatrice exécutive de VODAN-AFRICA et membre de l'Académie panafricaine des sciences.

La professeure Oladipo a déclaré : « Depuis le COVID-19, nous avons réalisé que nous pouvons facilement travailler en zoom avec des experts de tout le continent. Nous collaborons avec 12 universités à travers le continent afin de renforcer nos capacités et celles de nos étudiants. Nous rencontrons chaque semaine 40 experts sur zoom. Ce programme a montré que, collectivement, nous pouvons réaliser des innovations essentielles pour le continent, et nous en sommes fiers. »

Pour profiter davantage de la numérisation sur le continent, l'équipe a également développé des programmes d'apprentissage en ligne pour garantir que l'innovation bénéficiera d'une expertise suffisante et générera des emplois sur le continent. Les programmes en ligne seront disponibles gratuitement pour venir en aide aux enseignants et aux étudiants de la plate-forme d'apprentissage numérique de l'Université internationale de Kampala.

« En Afrique, nous sommes en train de passer à la santé et à l'éducation numériques », a déclaré la professeure Oladipo « et nos jeunes doivent bénéficier de leur inclusion dans l'économie numérique. Nous sommes heureux de voir les programmes plébiscités et sommes déterminés à avoir un impact qui profitera aux populations de notre continent. » [IDN-InDepthNews – 12 mars 2021]

Image : VODAN-AFRIQUE

Newsletter

Striving

Striving for People Planet and Peace 2020

Mapting

MAPTING

Partners

SDG Media Compact


Please publish modules in offcanvas position.